lundi 12 juillet 2010

Dame Nuit me fait remarquer ce que C. m'avait déjà dit, Féelonia est si proche de félonie.
J'y suis trop attachée. Alors tampis pour les mauvaises langues, tampis. Je n'ai rien de traitre, rien d'infidèle. Je ne trahis et suis infidèle qu'à moi même, et p., aussi.
Je sais que vous le savez, Lait-Ah (je t'écrirais cet été), beaucoup.
Laissez moi vous écrire, tous, ça me donne l'impression de vivre.

" - Je crois qu'être amoureuse me fatigue.
- Comment ça?
- Je suis fatiguée d'aimer.
- Ça veut dire que tu ne veux plus?
- Bien sûr que non.
- T'es sûre, hein?
- Certaine. "

C'est p. qui me fatigue, et souvent, sans exagérer, je voudrais ne plus être.Tout semble si loin, que parfois, je suis si triste, que j'en ai l'impression que tu m'as quittée.Évidement que je veux toujours, je ne sais juste plus comment faire, si loin.Les ecchymoses du coeur, soignées à Toulouse. J'y crois. Et je sais que toi aussi.Il dit vouloir ma voix, et nous nous rassurons. Là, j'aimerais que p. entre, et me dise qu'il veut me parler, qu'il m'écoutera.


"Un jour tu me remerciera " . Jamais.

"Oui il y a félonie mais aussi félicité...fée... félix ( en latin fécond, qui porte la joie, l'ami des dieux.) Mais c'est vrai depuis que je suis entré dans le monde de Féelonia, je m'interroge. C'est tout de même un monde de beauté, de réflexions, de sagesse aussi. Elle seule peut décider de son nom."